Espace de « libre expression » des membres du mouvement.

Vous désirez proposer un article ? Cliquez ici !

La Cigale et la Fourmi (Version 2012)

La Cigale, aventurière, se plaisait à voyager :

 

La Cigale et la Fourmi version 2012

 

Elle parcourait les clairières, sifflant pour les étrangers.

Dans son âme généreuse, elle chérissait l'utopie

D'une société heureuse où régnerait l'harmonie.

Dans son esprit tolérant, elle caressait le désir

De découvrir par le chant la quintessence du plaisir.

Hélas ! Pour son grand malheur, elle passait pour désœuvrée

Et le regard de ses sœurs de reproches était chargé.

Insouciante, tout l'été, elle s'adonna à son art

Dans les forêts, dans les prés, allant au gré du hasard.

À chaque rencontre qu'elle fit, elle offrit sans rien attendre

Ses plus belles mélodies à qui voulait les entendre.

« Peu importe, se disait-elle, ce que l'on pense de moi :

J'ai bon cœur, suis spirituelle, et j'apporte de la joie.

Qui pourrait être insensible à cette altruiste démarche ?

Cela me semble impossible, nous sommes liés à la même Arche ! »

Mais la Fourmi, pour sa part, ne l'entendait pas ainsi

Car chaque jour, la courageuse se réveillait aux aurores :

Travaillant dur jusqu'au soir, sans passions, sans rêves, flétrie,

Elle avait peur, cette anxieuse, elle s'inquiétait pour son sort.

C'est pourquoi elle amassait, depuis des mois, sans faillir,

Quantité de fort bon grain et de fraîche chair d'insectes

Que chez elle elle conservait pour les grands froids à venir

Jusqu'à ce qu'il fut certain que le tas était correct.

Jamais elle n'avait cédé à la procrastination.

Cependant, avec mépris, elle observait sa voisine

Qu'elle comparait, excédée, au grillon le vagabond,

Se méfiant de ces bandits qui pratiquaient la rapine.

« Il serait fort détestable que les fruits de mon labeur

Me soient soudain dérobés et que je meure de faim.

L'hiver sera redoutable, mais au chaud dans ma demeure

Je le laisserai passer, et pour moi, tout ira bien. »

Vent sifflant froid violent volant furtivement à travers champs si blancs

Cigale glacée cymbales gelées gorge givrée pitié vient demander

« Voudriez-vous mon amie, partager en âme soeur

Ces doux mets que j'ai sentis, dont l'incroyable saveur

Remplirait mon ventre vide et réchaufferait mon corps :

L'environnement m'est sordide, il fait sombre et froid dehors.

Si vous consentez sans peur à me faire cet heureux don

Moi, je mettrai tout mon cœur à vous chanter des chansons

Qui égayeront ce soir votre foyer secourable,

Honoreront la mémoire de votre acte charitable

Et je vous fais le serment de vous rendre plus encore !

Pourrais-je entrer à présent ? Me donnez-vous votre accord ? »

La jouissance de la Fourmi atteignit son paroxysme :

Elle avait aussi prévu ce comportement idiot.

Elle ne fut pas attendrie, pétrie dans son égoïsme

Par la petite ingénue à la patte dans le tombeau.

« Je refuse de cautionner une telle désinvolture !

Que faisiez-vous, fainéante, au moment de la récolte ?

Sachez que pour subsister, j'ai dû travailler très dur ;

Je vous trouve trop bruyante, votre culot me révolte,

Votre musique me dégoûte, je ne vous fais pas confiance.

Vous aimez chanter sans doute, vous apprécierez la danse. »

Puis elle referma sa porte, sans une once de remords,

Consciente des conséquences que cet acte impliquerait :

Car non seulement de la sorte, elle mit la Cigale à mort

Mais aussi ses connaissances, son art : son message de paix.

La Fourmi mangea fort bien, et s'ennuya tout l'hiver.

Elle ne mourut pas de faim, mais étouffée par un ver.

Si l'autre était encore là, elle eut pu lui faire cracher

Mais à cause de son trépas, elle ne pouvait plus l'aider.

Si l'oisiveté est un crime, l'avarice est un péché

Qui dans les plus grands abîmes de solitude peut nous plonger.

Gardons-nous de ressembler à cette triste Fourmi

Car c'est dans la différence que se trouve notre pouvoir

La peur n'évite le danger, mais surtout elle a un prix :

Qui s'enlise dans la méfiance finit dans le désespoir.

Le partage est plus précieux que la protection des biens

Qui isole, rend malheureux, et asservit l'être humain.

Source : Réveillez-vous

 



logo tzm fr